Médicament : Le cannabis thérapeutique

Des médicaments à base de cannabis bientôt disponibles en France

Quels usages pour ce médicament au cannabis commercialisé en 2015 ?
Le Sativex devrait recevoir son autorisation de mise sur le marché d'ici à 2015. Ce médicament à base de cannabis, destiné à soulager de la sclérose en plaques, est déjà présent dans 17 pays européens.
Un médicament dérivé du cannabis, le Sativex, destiné à soulager certains patients atteints de sclérose en plaques devrait obtenir son feu vert à la commercialisation en France «d’ici la fin de l’année», selon l’agence du médicament ANSM, mais il ne sera disponible qu'«en 2015», selon le laboratoire. Le laboratoire Almirall qui distribuera en France ce spray buccal, déjà disponible dans de nombreux pays, «espère pouvoir le commercialiser au mieux en 2015», a indiqué lundi à l’AFP son P-DG Christophe Vandeputte.

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France.

Vers la commercialisation d'un médicament dérivé du cannabis

Quels sont les bienfaits cannabis ?
La recherche prouve les bienfaits du cannabis médical pour le traitement de la douleur chronique.
L'utilisation du cannabis à des fins médicales est à l'origine de débats enflammés depuis des années entre les cliniciens, les chercheurs, les législateurs et le grand public. Il se présente comme une alternative aux traitements pharmaceutiques standards contre la douleur qui ne sont pas toujours efficaces et peuvent engendrer des effets secondaires indésirables.
Une nouvelle étude du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et de l'Université McGill prouve que le cannabis pourrait soulager les patients atteints de douleurs neuropathiques chroniques. Les résultats de cette étude novatrice sont publiés dans le dernier numéro du Canadian Medical Association Journal.

« C'est la première étude qui permet aux patients de fumer du cannabis à domicile, tout en bénéficiant d'un suivi médical quotidien », affirme Dr Mark Ware, principal chercheur de l'étude, directeur de la recherche clinique au sein de l'unité de gestion de la douleur Alan Edwards du CUSM et professeur adjoint d'anesthésie à la faculté de médecine de l'Université McGill et chercheur en neuroscience à l'Institut de recherche du CUSM.

Cette étude prouve que de faibles doses (25 mg) de cannabis contenant près de 10 % de THC (composé actif du cannabis), fumées en une seule inhalation à l'aide d'une pipe, trois fois par jour sur une période de cinq jours, procurent rapidement une réduction modeste de la douleur aux patients qui souffrent de douleurs neuropathiques chroniques (douleurs associées aux lésions nerveuses). Les résultats permettent également de penser que le cannabis améliore l'humeur et favorise le sommeil des patients. Les effets ont été moins prononcés avec des doses de cannabis contenant moins de 10 % de THC.

Médicament : Le cannabis thérapeutique

Le cannabis efficace contre le cancer ?

Le principe actif du cannabis, le tétrahydrocannabinol, permettrait de réduire la taille des tumeurs, selon une étude internationale parue en ligne dans la revue Journal of Clinical Investigation. Cette nouvelle propriété thérapeutique a été identifiée chez la souris, mais aussi sur des cellules cancéreuses humaines !

Une étude comportant des chercheurs espagnols, italiens, américains et français démontre que le tétrahydrocannabinol, principe actif du cannabis, aurait également la propriété de réduire la taille des tumeurs cancéreuses. En effet les chercheurs ont constaté que lorsque des souris atteintes d'un gliome (cancer du cerveau) reçoivent du tétrahydrocannabinol, la taille des tumeurs diminue.

Un décret ouvre la voie aux médicaments contenant du cannabis

Un décret publié au Journal officiel et entré en vigueur samedi ouvre la voie à la vente de médicaments contenant du cannabis, en permettant "la délivrance d'une autorisation de mise sur le marché".Il permet de soulager certains patients atteints de sclérose en plaques. "L'indication thérapeutique de ce médicament concerne des douleurs et contractures sévères et résistantes aux autres traitements de certains patients", a indiqué le ministère de la Santé. Mais "la modification du texte ne présage pas de l'évaluation des bénéfices-risques de ce médicament" par l'ANSM et donc de l'autorisation de mise sur le marché, a précisé le ministère.